Six semaines après une première action dans la cour du siège régional à Strasbourg, et un mois après la mobilisation de leurs collègues de l’unité haut-rhinoise de Colmar, les agents bas-rhinois de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ont porté hier leurs revendications sur la place publique.

À l’appel de l’intersyndicale CNT-CGT-FO-Solidaires-UNSA-FSU-CFTC, près de 80 salariés ont manifesté à travers les rues du centre-ville pour exiger l’arrêt des suppressions de postes dans leur administration. Profitant de la pause déjeuner, ils ont défilé jusqu’à l’hôtel du préfet.

Une délégation de représentants syndicaux a été reçue par le chef de cabinet de Stéphane Fratacci. Selon l’intersyndicale, parallèlement à la réorganisation des sections de l’Inspection du travail, ce sont 50 postes dont 26 d’agents de contrôle qui doivent être supprimés cette année au sein des différentes unités territoriales et services de la Direccte Grand Est.

« À ce jour et sur ce nombre, nous avons notamment identifié six postes menacés dans le Bas-Rhin et onze dans le Haut-Rhin. Nous demandons qu’ils soient tous pourvus et donc ouverts à la vacance nationale. Si nécessaire, il faut augmenter les recrutements statutaires. Réduire les postes, cela a pour conséquences des agents surchargés et des usagers délaissés », ont notamment insisté les porte-parole de l’intersyndicale auprès du représentant du préfet avant de se concerter ultérieurement sur la suite à donner au mouvement.

SOURCES: dna.png du 28/02/17